Boîte en bronze incrusté d'argent

Lot 13
Aller au lot
Estimation :
12000 - 15000 EUR
Boîte en bronze incrusté d'argent
Anatolie de l'Est, Siirt ou Mossoul, XIIIe siècle De forme cylindrique, composée d'une base et d'un couvercle, munie d'une charnière à double-barre soutenant le couvercle ouvert. Se verrouille avec une charnière à barre unique sur le côté opposé. Poignée trilobée fixée au couvercle. En bronze blanc, à haute teneur d'étain, ornée à l'extérieur de motifs floraux et rubans torsadés, gravés et incrustés d'argent. Inscription arabe gravée sur la face inférieure de la base, une possible lecture de cette dernière : "bi-rasmi (al-rabb) al-ma'muratu, makhzan shahi li'l-muẓaffar », (Par ordre - du seigneur - d'al-Ma'mura, réserve princière d'al-Muẓaffar). L'extérieur a été nettoyé, tandis que l'intérieur conserve des traces de corrosion naturelle. H. : 14 cm ; D. : 12 cm Collection privée à Paris depuis le début des années 1980s. La forme de cette boîte est comparable à deux autres, l'une fabriquée à Mossoul pour l'Atabeg zangide Badr al-Din Lu'lu (r. 1233-1259), conservée au British Museum (1878, 1230.674), l'autre pour le souverain ayyoubide, al-Malik al-'Adil II (r. 1238-1240), dans la collection du Victoria and Albert Museum (8508/1, 2-1863). Durant le règne d'al-Adil, un bassin richement incrusté, porte des figures dans des rondeaux de formes similaires à ceux de cette boîte. Il a été fait par l'artisan Mawsili Ahmad ibn 'Umar (musée du Louvre, inv. OA 5991). Ce bassin porte aussi le même type d’inscription sur la base qui l’attribue à la tishtkhana (vestiaire) d'al-'Adil. Une autre boîte de la collection Keir, prêtée au Dallas Museum of Art (K.1.2014.456.A-B) est de forme identique, munie d'une charnière à double-barre similaire ainsi qu'une poignée en forme de trèfle. Le motif ornemental en trèfle alterné ceinturant la base est presqu'identique à celui de deux registres sur un bassin conservé au Victoria and Albert Museum (acc. num. 740-1898), attribué au Caire ou à Damas de l’époque mamelouke (1250-1350). Le couvercle de la présente boîte est gravé de fleurs à huit pétales, chaque pétale entouré de quatre nœuds. Ce style de fleur se retrouve sur le bassin fabriqué pour al-Malik al-'Adil, ainsi que sur une série de chandeliers et divers récipients, tous attribués à l'Anatolie, à Konya ou à la ville de Siirt (voir par exemple : James Allan, “From Tabriz to Siirt - A relocation of a 13th century metalworking school,” Iran XVI, 1978, 182-183 et Assadullah Souren Melikian-Chirvani, Islamic Metalwork from the Iranian World, 8th-18th Centuries, London: Victoria and Albert Museum, 1982, pp. 356-368). La fleur à huit pétales constitue le principal motifs de certaines de ces œuvres, par exemple les chandeliers du British Museum (inv. 1955,0214.2) et de l'Ashmolean Museum, Oxford (inv. EA2009.17). Toutes ces œuvres sont de dans même matière et avec la même technique que notre boîte. L'interprétation possible de l'inscription : "al-Ma'mura" peut indiquer la steppe au sud-est d'Alep, ou toute région richement peuplée. "al-Rabb" peut signifier le " seigneur " (de la région) ou une designation d'un non-musulman. "li-al-Muzaffar" peut indiquer un titre royal du propriétaire. Plusieurs souverains de Syrie, d'Anatolie et du Yémen portèrent ce titre à la fin du XIIe et au XIIIe siècle, notamment le neveu de Saladin, al-Muẓaffar Taqi al-Din 'Umar (r. 1179-1191), qui régna sur Hama, et al-Malik al-Muẓaffar Shihab al-Din Ghazi qui régna sur Mayyafariqin (r. 1220-1244). Le décor de fleur à huit pétales, relie notre boîte à Siirt, et sa forme à Mossoul, il est possible de l’attribuer à al-Malik al-Muẓaffar Shihab al-Din Ghazi, en raison de la proximité géographique de Siirt, Mossoul et Mayyafariqin.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue